Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Echanger d'une manière constructive différents avis et opinions sur le développement de la situation politique, économique et sociale sur la scène tunisienne.

CE QUE FEMME VEUT, DIEU LE VEUT!

Publié le 8 Mars 2017 par Mounir Zalila in Tunisie: Politique et social, Actions solidaires, Tunisie, Opinion

A l'occasion de la Journée internationale des droits de la Femme

Ce que femme veut, Dieu le veut!

Par Mounir Zalila

(Paru dans le magazine Le Manager N°228 de Mars 2017)

Il est difficile de contester encore moins de réfuter le bon sens et la véracité de ce proverbe qui se confirme et se vérifie au quotidien. Afin de s'affirmer la femme, a toujours su obtenir ce qu'elle voulait, toujours avec détermination et opiniâtreté.

Ainsi l'on trouve chez les anglo-saxons, le terme « empowerment », qui signifie littéralement «renforcer ou acquérir du pouvoir ». Il est utilisé abondamment depuis la fin des années 1970 en association avec la gent féminine.

Aujourd'hui c'est plutôt "l'autonomisation" qu'il conviendrait d'utiliser dès lors que l'on parle d'accès de la femme à l'entrepreneuriat.

Finies ces images de publicités d'un produit destiné à la maison dans lesquelles l'on voyait toujours une femme s'activer derrière des équipements, ustensiles et autres produits ménagers.

Elle est devenue actrice, active sur la scène économique à part entière.

C'est cette preuve qu'a voulut apporter l'organisation, par Le Manager,, du trophée des "Femmes entrepreneures de Tunisie 2017". Non par sectarisme mais afin de mettre en valeur les capacités et apports de la femme tunisienne en matière économique et sociale.

Construite au départ autour du souci d'améliorer le quotidien du foyer, l'image de la femme actuellement, celle qui entreprend, fait partie intégrante du paysage économique du pays.

Du reste ne trouve-t-on pas une femme à la tête de la première centrale patronale du pays?

Combien sont-elles au total? 20.000? plus? Le nombre importe peu. Elles sont présentes!

Cet accès n'a pas été facile. Les débuts des femmes dans l’entrepreneuriat, quand bien même elles étaient émancipées, ont été assez difficiles comme l'avance cette étude de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), publiée voila 20 ans, avec l’exemple d’une femme tunisienne entrepreneure et les difficultés rencontrées pour son accès aux crédits; en l'absence d'une garantie du conjoint.

Elles sont maintenant bien visibles aussi bien dans l'agriculture, avec plus de poids qu'auparavant, que dans l'industrie, l'agrobusiness, l'artisanat, la culture et les technologies de l'information et de la communication (TIC).

Ces cinq activités ont fait l'objet de plusieurs candidatures, venant des différentes régions du pays. Elles ont été présélectionnées, notées selon des critères prédéfinis par les membres du jury qui ont retenu, les cinq lauréates, une par secteur. Parmi ces dernières le choix, certes difficile, s'est porté, après entretien, sur celle qui, à leurs yeux, méritait le Trophée de la femme entrepreneure de Tunisie de l'année 2017.

Toutefois, si l'on devait trouver un dénominateur commun aux différentes candidatures ce serait certainement celui de la volonté de réussite dans et avec leurs entreprises respectives pour lesquelles toutes se bâtent, seules parfois. Peut-être même seules le plus souvent

C'est, probablement, cette volonté ancrée qui a fait dire, à l'une des candidates, lors de l'entretien avec le Jury; en répondant, spontanément, à la question sur le pourquoi et l'origine de son projet, par un "C'est beaucoup d'amour et d'émotion!"

Il en faut effectivement pour réussir toute entreprise.

Alors disons bravo et félicitations aux cinq lauréates de Femmes entrepreneures de Tunisie de l'année 2017 à qui nous souhaitons, comme aux autres candidates, d'aller plus loin,de succès en succès dans leur aventure entrepreneuriale.

Commenter cet article